La liberté d’expression, un idéal du passé ?