Archives Conférences à réécouter

BIOETHIQUE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES

Quelle humanité préparons-nous ?

Les nouvelles technologie investissent notre vie personnelle et celle de la société. Quelles sont-elle ? Quelles promesses apportent-elles ? Quels risques pour l’Humain ?

A travers ces cinq soirées-débats et les rencontres du Café philo, nous voulons reprendre les défis et les enjeux soulevés par les évolutions liées à la biologie et aux nouvelles technologies.

La première rencontre, lundi 5 novembre 2018 à 20h à la Cour des Chaînes, 15 rue des Franciscains – Mulhouse, intitulée « Les révolutions biomédicales : quels défis ? quels enjeux ? » fut une soirée pour discerner les enjeux du débat bioéthique. Dr Alain DE BROCA nous a donné des éléments pour discerner dans les différents usages possibles des nouvelles technologies et des avancées biomédicales les chances et les risques, les conditions dans lesquelles une innovation peut devenir un progrès.

Dr Alain de BROCA est neuropédiatre au CHU d’Amiens, docteur en philosophie, docteur en sciences biomédicales, directeur de l’Espace de Réflexion Ethique des Hauts-de-France.

 

Thierry MAGNIN, recteur de l’Université catholique de Lyon, docteur ès sciences et docteur en théologie, membre de l’Académie des Technologies et de l’Académie catholique de France, nous a permis de nous interroger sur la place à réserver aux innovations technologiques : intelligence artificielle, numérisation des données et big data, robotisation…

La soirée intitulée : « L’homme augmenté : pour quelles valeurs ajoutées ? » fut programmée mardi 11 décembre 2018 à 20h à la Cour des Chaînes, 15 rue des Franciscains – Mulhouse

 

Dignité humaine, droits fondamentaux, liberté individuelle, autonomie du sujet, responsabilité personnelles, lien sociaux… Comment les nouvelles technologies peuvent-elles modifier notre humanité ?

C’est Eric FIAT, philosophe, professeur d’éthique médicale et hospitalière à Paris Est – Marne la Vallée, directeur-adjoint du Laboratoire de recherche LIPHA-PE qui nous introduisit à ce questionnement, mardi 15 janvier 2019 à 20h à la Cour des Chaînes, 15 rue des Franciscains – Mulhouse

 

Dr Marie-Jo THIEL, professeur des Universités, directrice du Centre Européen d’Enseignement et de Recherche en Ethique (CEERE), membre de l’Académie pontificale pour la vie nous a rejoint mardi 12 février 2019 à 20h à la Maison diocésaine Teilhard de Chardin, 17 rue de la Cigale – Mulhouse. Cette quatrième soirée interroge ce monde que nous construisons sur la place des plus vulnérables. Et que deviendront nos fragilités ?

Maladie, handicap, blessures de la vie, dépression, précarité, grand âge, fin de vie… Quand dominera les projets de maîtrise, quelle place serait-elle réservée aux plus vulnérables ?

Enfin mardi 9 avril 2019 à 20h  à la Maison diocésaine Teilhard de Chardin, 17 rue de la Cigale – Mulhouse, nous avons accueilli Dominique QUINIO, ancienne directrice du journal La Croix, présidente des Semaines Sociales de France, membre du Comité Consultatif National d’Ethique. Elle a témoigné de la manière dont ont été pris en compte,  dans l’écriture de la loi, les avis convergents et les positions opposées issus de la consultation nationale.

Avec Dominique QUINIO, nous nous sommes interrogés : « Les nouvelles lois de bioéthique : quelles avancées, quelles limites ? » De quels nouveaux repères éthiques et finalement de quelle société future cette évolution laisse-t-elle présager ?

Tarif : 7 €. Tarif réduit pour les chômeurs, les personnes handicapées et les étudiants : 3.50 €. Gratuit pour les lycéens

Pour revoir ou découvrir une synthèse des soirées passées :

Les révolutions biomédicales, quels défis, quels enjeux ? avec Dr Alain De BROCA

Compte rendu Dr De Broca, 5-11-2018

Conférence A. de Broca Mulhouse 2018

L’homme augmenté pour quelles valeurs ajoutées ? avec Thierry MAGNIN Mulhouse 2018

Réécouter la soirée avec Thierry Magnin

Comment les nouvelles technologies peuvent-elles modifier notre humanité ? avec Eric FIAT, philosophe, professeur d’éthique médicale et hospitalière à Paris-Est – Marne la Vallée.

Réécouter la soirée avec Eric Fiat

Et que deviendront nos vulnérabilités ?

L’intervention du mardi 12 février avec Dr. Marie-Jo THIEL est disponible en suivant le lien ci-dessous :

Réécouter la soirée avec Marie Jo THIEL

Les nouvelles lois bioéthiques

Témoignage de Mme Dominique QUINIO

Réécouter la soirée avec Dominique QUINIO

PARLER, QU’EST-CE A DIRE ?

Famille : des paroles à réinventer ?

Quand se dissocient sexe et amour, amour et procréation, procréation et parentalité, genre et sexe, quand sont réinterrogées les paroles de consentement ou d’engagement, comment réinventer les fondements de la famille, et plus particulièrement la place du père ?

Avec Martin STEFFENS, philosophe, écrivain, enseignant en classes préparatoires, Mercredi 5 février 2020 à 20h, à MULHOUSE

Réécouter Martin STEFFENS

 

Et quand la parole manipule…

La technique n’a jamais permis une communication aussi riche, immédiate, instantanée ; pourtant toute une partie de la population ne se sent plus ni écoutée, ni entendue. Par ailleurs, la parole, trop souvent, est manipulée ou falsifiée pour séduire, convaincre ou vendre, au risque d’être disqualifiée, et de générer défiances et violences. Enfin la dématérialisation croissante notamment des relations commerciales et des services publics contribue à dénouer le lien social. Comment alors retrouver la valeur d’une parole authentique et l’ambition de dialogues constructifs ?

Réécouter la conférence avec David COLON du mardi 29 octobre 2019

 

L’homme un animal de parole

Conférence de Fabrice HADJADJ, le mardi 1er octobre 2020 à Mulhouse.

L’Homme est animal, certes, mais un animal de parole. La question est de savoir comment son animalité oriente cette parole ! C’est ainsi que Fabrice Hadjadj, directeur de l’institut Philanthropos, philosophe et essayiste, a initié mardi 1er octobre le nouveau cycle de conférences du centre Porte Haute. Question de taille, mais la réponse était à la hauteur. Tissant des liens entre des auteurs et des références aussi divers qu’Aristote, Valère Novarina en passant par les Chatbot, Grégoire de Nysse et André Leroy-Gourmet, Fabrice Hadjadj a développé son propos en alternant dans un style qu’on lui connaît, réflexion de fond et observations du quotidien.

 

On a ainsi pu comprendre dans quelle mesure, l’Homme parle par les pieds…oui ! Les pieds ! En effet, à la suite de travaux de paléoanthropologie, on saisit bien que c’est l’évolution de l’Homme vers la station debout qui a permis de libérer les mains et la bouche, de modifier les structures du  larynx et de s’acheminer doucement mais sûrement vers les possibilités d’émergence d’un langage. Saisissant le sujet à pleines mains, le philosophe nous brode ensuite une comparaison entre la main et la parole. N’est-il pas étonnant que le seul animal à parler soit également celui dont la main et le toucher sont les plus développés et les plus fins ?

 

Cette finesse dont l’Homme est capable n’est pas un bien à garder pour soi. La parole est un trésor, un trésor qui se partage. Là encore un lien entre notre main capable de recevoir et de donner et notre parole qui se donne et qui peut se recevoir… Au-delà de ces considérations, c’est l’altérité qui est en jeu car la parole est aussi un pont entre les êtres.

 

En dernier lieu c’est la parole intime qui est évoquée, celle du langage des corps qui s’unissent pour s’ouvrir à la vie et de deux paroles qui se donnent en naît une troisième, expression commune des deux qui sont son auteur et pourtant parole à part entière. Nous recevons la parole dès notre conception et toute notre croissance se fait par la parole qui nous est « adressée ».  Le petit d’Homme à qui l’on s’adresse…se redresse. Et l’on retombe sur ses pattes : en se redressant et en apprenant à marcher, il refait dans les 1ères années de sa vie le chemin multi-séculaire de l’évolution pour devenir… un homme de parole.

Jacques RENAUD, de l’équipe conférences du Centre Porte Haute Mulhouse.

Fabrice Hadjadj à la bibliothèque du CPH